Pendant ce temps là

  • Petit retour en arrière avant d'aller ... de l'avant

    Sur le site facebook de Jérôme Viaud, vous pouvez remonter au 18 janvier 2014, avant les élections municipales de mars 2014. J. Viaud n'était pas encore maire, ni même élu. Ce jour-là on découvre deux informations intéressantes :

     

    1- La première s'intitule « Funiculaire à l'arrêt ».                          

  • Communication ou information ? Qui faut-il croire ?

    Vous, comprendre ou pas comprendre ?

    A propos du budget 2015 de la ville de Grasse :

    Le « nice-matin » du 15 avril 2015 rend compte du conseil municipal de la veille :

  • La communication, Oui; l'information ... plus tard

    Ci-dessous la page du site internet de la ville de Grasse:

    ADMINISTRATION

    Organigramme de l’administration (page à construire)

    La refonte de l'administration est en cours : dès qu'elle sera officielle, le site sera actualisé.

  • Mais où est la liberté ?

     

    La confusion des genres est imposée par le site de la ville de Grasse.

    M. Franck Barbey votait, jusqu'au conseil municipal du 14 avril 2015, comme la tête de la liste sur laquelle il a été élu, celle de M. Degioanni (liste « bleu marine » proposée aux électeurs au moment des élections de mars 2014). Il vient de rallier la majorité municipale du maire. C'est ce qui a été annoncé et qui est consacré par la page des élus sur le nouveau site de la ville de Grasse.

  • En attendant le reflux.

    Les revirements d'alliance sont fréquents au sein des conseils municipaux. Grasse n'est pas épargnée. Rien de plus normal, surtout quand un élu dit d'opposition en début de mandat estime que les options prises par son maire inclinent, en cours de mandat, dans le sens de ses attentes. Ce pourrait être le cas de Franck Barbey, qui vient de quitter le groupe constitué par les élus de la liste « Bleu marine » de M.

  • Les Grassois ont, hélas, ce qu'ils méritent

    Beaucoup de « vieux Grassois », ceux qui habitent Grasse depuis des décennies, qu'ils y soient nés ou pas, expriment un sentiment de nostalgie en évoquant le Grasse des années « antérieures ». Ils ne retrouvent plus l'animation et la convivialité qui régnaient en vieille ville, la vie, tout simplement, que l'on ressentait sept jours sur sept.

  • Le risque de la mise sous tutelle

    A propos de l'éventuelle mise sous tutelle de la ville de Grasse. 

     

    Début mars 2015, notre maire a réagi à l'article de "nice-matin" évoquant les risques encourus par la ville de Grasse à cause de sa situation financière catastrophique. M. Viaud déplore devoir subir une situation héritée de son prédecesseur, M. J.P. Leleux.

    Alors, faisons simple:

Pages